Jean-Claude Missiaen : Une poignée de « Je me souviens »

Je me souviens d’un été à Beverly Hills : Cyd Charisse me rejoignant dans l’eau bleutée de sa piscine de Callevista Drive. (Le maillot qui la moule a été dessiné par Helen Rose.)

Je me souviens de Sophia Loren – sublime – chamboulant la vie bien rangée de Marcello Mastroianni dans DOMMAGE QU’ELLE SOIT UNE CANAILLE.

Je me souviens du regard plongeant de Jimmy Stewart dans le décolleté prometteur de Ruth Roman. À la hâte, elle vient de le cacher dans son lit. C’est le début de THE FAR COUNTRY (Je suis un aventurier) d’Anthony Mann.

Je me souviens du slogan du film : LUI seul pouvait être DON JUAN, et de la gigantesque effigie du bel Errol sur la façade du Grand Rex.

 


 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s